L’ancien «pro» Niels Marnegrave à Loyers

Alors qu’il jouait encore cette saison à Limburg (D1), Niels Marnegrave a décidé de rejoindre son père, Julien, à Loyers (R1).

Cette fois, les Loyersois ont frappé fort pour le dernier jour du mercato (31 mai). Les Rouges ont en effet pu attirer un très gros poisson dans leurs filets, en transférant Niels Marnegrave, fils du coach Julien Marnegrave et joueur en D1 à Limburg, pour la saison prochaine.

Niels Marnegrave, vous jouiez encore cette saison à Limburg, en division 1 belge. Pourquoi avoir décidé de jouer pour la R1 de Loyers?

C’est un concours de circonstances. Limburg a décidé de ne pas prolonger mon contrat. Par contre, l’assistant coach est parti à Malines. Ils étaient à la recherche de quelqu’un pour le poste et ils me l’ont proposé. Étant donné que je n’avais pas de réelle proposition pour un autre club en D1, j’ai accepté le poste. Je ne voulais pas non plus stopper ma carrière de joueur de cette façon et j’ai alors contacté mon père pour savoir s’il était possible de jouer pour lui. Je ne me voyais pas jouer ailleurs. Son noyau était déjà complet mais il a pu me trouver une petite place (sourire).

Est-ce la première fois que vous allez être coaché par votre père?

Non, pas du tout. Il m’a déjà eu comme joueur à Liège lorsque j’avais 13 ans, et à Mons deux années plus tard. J’ai commencé le basket avec lui, je finirai avec lui. C’est une façon de boucler la boucle.

Être assistant coach d’une D1 et joueur d’une R1 ne sera-t-il pas trop compliqué à gérer au niveau de l’emploi du temps?

Si, au niveau de l’agenda, cela va être un casse-tête. Mais j’ai rencontré les dirigeants de Loyers et j’ai été honnête avec eux dès le début. Le Limburg sera toujours prioritaire, car c’est mon job et j’ai un contrat professionnel. J’attends de recevoir les calendriers des deux équipes. J’espère qu’elles ne joueront pas trop souvent en même temps pour que je puisse faire le maximum de matches possible.

Vous êtes passé par de nombreux clubs belges comme Mons, Spirou de Charleroi, ou encore Ostende, mais jamais dans le Namurois. Pourtant, à Loyers, vous ne serez pas en terres inconnues…

Effectivement! La saison passée, je me suis entraîné durant un mois avec Loyers en attendant la reprise en D1, qui avait été postposée à cause du Covid. C’était pour retrouver le rythme avant d’attaquer la prochaine saison. Le groupe m’a accueilli comme si je faisais partie de l’équipe. Les joueurs ont tous une mentalité de gagnant et c’est aussi pour cela que je me suis engagé avec Loyers. C’est également un club familial, je me réjouis à l’idée de commencer la saison, en espérant cette fois que le Covid ne nous mettra pas de bâton dans les roues.

Quel poste occuperez-vous au sein de l’effectif loyersois?

Cela n’a pas encore été défini. J’aiderai où je peux aider. Je suis meneur, mais je peux jouer à l’aile et dépanner de temps en temps au poste 4. Je pourrai également apporter mon expérience à l’équipe. Maintenant, je ne serai pas là pour révolutionner l’équipe ou le club. Je ferai ce que l’on me dira et j’aiderai l’équipe pour gagner un maximum de matches. Il faudra aussi prendre en compte que tout le monde a été à l’arrêt durant un an. Nous verrons comment on arrive à gérer la reprise après un arrêt aussi conséquent, et en fonction de cela, on définira nos objectifs.